GANKAKU

Gankaku, à l’origine intitulé Chinto, est le nom moderne choisi par Maître Funakoshi. Ce nom a été choisi en raison des mouvements réalisés sur une seule jambe, rappelant l’attitude d’une grue sur un rocher, qui développent beaucoup le sens de l’équilibre du karatéka.

La grue  est l’un des deux symboles japonais de longévité, avec la tortue. Elle symbolise aussi le calme , la force interne, et la souplesse.

Gankaku (Chinto) est un kata avancé pratiqué dans de nombreux styles de karaté.

La maîtrise de ce kata, fournit une compréhension de l’équilibre et du travail sur le centre de gravité du karatéka. Sans le contrôle du centre de gravité, l’équilibre ne peut pas être vraiment atteint ; il permet également d’apprendre à développer un contrôle profond du corps ce qui améliorera l’efficacité du karaté.

 Un des points fort de ce kata est la recherche de l’équilibre sur une jambe, avec des techniques doubles des membres supérieurs. Le lien avec le style du héron en boxe chinoise semble évident ; le recherche de l’équilibre, avec des mouvements exécutés sur une jambe, des variations en hauteur de centre de gravité, alternant les temps de calme dans la stabilité, comme pour hypnotiser l’adversaire, et des mouvements explosant rapidement, souvent sur rotation.
La pratique de gankaku aide à développer (et nécessite) un excellent équilibre. La possibilité de pivoter en douceur sur un pied est également essentielle. D’autres aspects de ce kata sont assez simples, composé principalement de trois techniques répétées : kosa-uke, kakiwake-uke, et Manji-uke.

Ce kata très populaire en compétition, demande un équilibre efficace et une grande coordination ; bien réalisé, il est l’un des Katas les plus visuellement impressionnants du style Shotokan.

Le déroulement du kata est linéaire ; il comprend 42 mouvements.

gankaku-tcms-karate-toulouse
 GANKAKUEmbusen
Top