Gedan barai

Gedan barai est l’une des toutes premières techniques apprise au débutant

gedan-barai-tcms-karate-toulouse

Uke Waza : Gedan-barai

Gedan barai est un blocage puissant contre toutes les attaques de jambe ou de bras arrivant au niveau de la ceinture.

Cette technique est exécutée au début d’un Kihon ou pour prendre , en assaut, la position de combat après le salut.

Pour bloquer les coups de poing bas ou les coups de pied à l’estomac ou au bas ventre l’impact se situe sur le côté interne du tibia, près de la cheville.

Le corps est en position correcte pour enchaîner immédiatement avec Gyaku zuki du poing arrière.

Gedan barai : la réalisation

A

  • Tendre une main vers l’avant, paume vers le sol, au niveau Gedan,
  • amener l’autre poing à l’oreille, phalanges vers l’extérieur, le poing ne s’éloigne pas du buste tandis qu’il monte à l’épaule,
  • le coude plié repose sur le bras tendu,
  • les épaules restent basses et la poitrine de face.

B

  • Effectuer un mouvement contraire des mains,
  • tirer la main tendue en arrière avec une rotation des hanches,
  • lancer le poing “de l’oreille”vers l’avant et le bas suivant une trajectoire oblique : juste avant l’impact, le poignet avant effectue une rotation (phalanges vers le bas) tandis que l’autre poing fait Hikite,
  • à l’impact, arrêter le poing  à environ 20 cm au-dessus du genou.

Les défauts courants à éviter pour rendre Gedan barai efficace

  1. Les épaules qui se lèvent pendant la préparation du blocage, elles doivent rester basses pendant la préparation et l’exécution de Gedan barai.
  2. Un blocage trop haut car le bras exécutant Gedan barai n’est pas dirigé vers le sol en fin de blocage ; le blocage perd de son efficacité car il ne pourra pas bloquer les techniques Chudan. Un bon moyen de corriger ce défaut est de placer systématiquement le poing du blocage au-dessus du genou avant à environ une vingtaine de centimètres.
  3. Trop d’ouverture car le bras qui vient de bloquer se retrouve sur l’extérieur ; le balayage trop large du bras diminue ainsi la défense. Le bras exécutant le blocage ne doit pas dépasser la hanche côté blocage.

Comme toute technique, celle-ci n’est pas LA finalité, elle est la continuité de la précédente et prépare la suivante. Pour ne pas être «freiné», parasité par le geste d’une technique réalisée, se libérer en se décontractant, en se relâchant, très rapidement après le coup ; détendre son esprit.

Top