HEIAN GODAN

Heian godan est le dernier des katas de base de la famille Heian.

Heian godan est le plus complexe de tous Heian car c'est le kata qui prépare notamment  à l’étude du kata Bassai Dai.

En outre, sa fin est particulièrement ardue à maîtriser avec de nombreux transferts du centre de gravité lors des passages de Zenkutsu-dachi en Kokutsu-dachi.

Heian Godan comporte, de plus, plusieurs techniques délicates comme, Gyaku zuki en Kokutsu, mais encore Tsuki sur place, et avec enfin Morote uke en Kosa dachi (ou Kake dachi).

A noter par ailleurs, une originalité dans ce kata, un saut suivi d'une réception pieds croisés.

Au terme de l'analyse, six positions différentes sont présentes dont une nouvelle, Renoji dachi, ainsi qu’une alternance remarquable de rythmes lents et rapides.

Rythme de Heian godan

Rythme d'exécution de Heian godan

(1) Les chiffres en gras symbolisent la position de départ et de fin en "Hachiji dachi"

(.) symbolise la micro pause avant et après l'enchainement de techniques

(-) placé entre 2 chiffres symbolise la succession sans pause des techniques.

 

1.2-3-4.5-6-7.8.9-10-11-12-13.14.15-16-17-18.

19.20.21.22-23.24-25-26.27

Embusen

[dg columns="1" ids="5326"]

Ainsi l'embusen en forme de "T" présente une originalité par rapport aux autres Heian, c'est-à-dire un saut qui n'existe pas dans la forme originelle du Shorin-ryu.

En d'autres termes, d'un point de vue physiologique, le saut constitue un bon travail pliomètrique permettant le développement d'une force élastique au niveau musculaire très utile dans les Arts Martiaux.

Etant donné que la connaissance des Heian était un préalable nécessaire pour entrer dans l'étude du Karate-do, la fin de l'apprentissage des Katas Heian correspondait autrefois au passage de grade de ceinture noire (Shôdan). Cela conduisait à l'obtention du titre de Gakusei, étudiant. Mais, aujourd'hui, il faut connaître un à trois Kata supplémentaires pour accéder au grade de ceinture noire 1er Dan.

Top